success closed Loading...

Parmi les terroristes neutralisés avec l'opération «Rameau d'olivier» il y a aussi les membres de l'ASALA, un expert turc

«En fait, nous savions qu'il y avait des liens entre le PKK et l'ASALA»

L'opération antiterroriste «Rameau d'olivier» à Afrin, en Syrie, se poursuit avec succès. Au cours des opérations conjointes menées par les forces armées turques et l'Armée syrienne libre (ASL), 712 terroristes ont été neutralisés et 27 colonies ont été libérées. Selon les responsables turcs, les opérations se poursuivront jusqu'à ce que les terroristes soient complètement détruits à Afrin.

Qu'est-ce que cette opération apportera à la Turquie? L'organisation terroriste arménienne l'ASALA soutient-elle le PKK à Afrin?

Abdullah Agar, un expert des affaires de sécurité et de terrorisme a répondu aux questions d'AzVision:

- L'opération «Rameau d'olivier» se poursuit comme prévu. Il est très important de réduire au minimum les pertes civiles et le coût humain dans cette opération. Avant l'opération, nous savions que les terroristes du PKK avaient suivi une formation ici. Nous avons identifié beaucoup d'armes à Afrin. Les forces armées turques sont conscientes des possibilités d'armes, de mines et de tunnels, qui ont des murs de 90 centimètres d'épaisseur avant de commencer l'opération. À cet égard, l'armée de la Turquie a soigneusement lancé l'opération militaire. Actuellement, l'armée avance pas à pas en saisissant les collines. L'armée turque mène une opération en forme de demi-lune. C'est-à-dire qu'une fin de l'opération se trouve dans le nord-est et l'autre dans la direction sud-ouest.

- D'après vous, est-il possible de déraciner l'organisation terroriste du PKK avec ces opérations?

-L'objectif principal de l'opération n'est pas seulement de mettre un terme à la présence du PKK à Afrin. L'objectif ultime de la Turquie est de détruire complètement le PKK dans la région. Nous sommes conscients que c'est difficile. Parce que la Turquie ne se bat pas seulement avec le PKK dans cette région, mais aussi avec les forces internationales derrière le PKK.

-Quand l’opération Rameau d'olivier prendra fin à votre avis ?

-Il est impossible de prédire quand cette opération prendra fin. Parce que les paramètres existants sont très variables. Il y a trois territoires distincts - les terrains montagneux, les zones habitées et les zones relativement plates. D'un autre côté, la situation dans la zone peut changer à tout moment. Il peut y avoir des interférences, la manipulation de l'extérieur. C'est pourquoi il ne serait pas juste de dire une date précise. Les forces armées turques mènent une opération prudente dans la région tout en détruisant toutes les menaces. Par conséquent, la définition d'une date est incorrecte.

-Certains rapports ont été publiés sur le fait qu’en plus du PKK les terroristes arméniens se battent également contre la Turquie à Afrin. Que pouvez-vous dire à cet égard ?

-La culture et la croyance qui nous appartiennent sont ciblées. De plus, nos amis et frères, nos compatriotes sont visés par des ennemis. Le combat n’est pas seulement contre le PKK, mais aussi contre les forces du mal qui soutiennent cette organisation terroriste. Nous sommes conscients de cela. En plus de l'organisation terroriste ASALA, on doit lutter contre le PKK. Nous savions qu'il y avait un lien entre le PKK et l'ASALA. Nous sommes conscients que ces relations se reflètent également au Karabakh. Il existe une coopération entre le PKK et l'ASALA en Syrie et en Irak. Enfin, il est clair que la Turquie et l'Azerbaïdjan sont ciblés.

Enter.News