success closed Loading...

Turquie : Commémoration du 40ème anniversaire de la mort de l’historien Osman Turan

Le 40ème anniversaire de la disparition du brillant historien spécialiste de l’empire Seldjoukide, le Prof. Dr. Osman Turan, a été commémoré lors d’une conférence réalisée en son hommage à Istanbul. 

Dans le cadre de cette organisation, Suleyman Kucur, enseignant à l’Université de Marmara, a relaté ses connaissances sur la vie et les oeuvres de l’historien mort le 17 janvier 1978. 

Kucur est tout d’abord revenu sur la droiture de caractère de l'historien, « Il n’était pas de nature à changer au nom de la célébrité ou d’une quelconque position sociale », a-t-il lancé. 

"Osman Turan est connu pour être un spécialiste de l’époque Seldjoukide. Il serait plus juste de dire qu’il est - l'historien qui a construit l’histoire Seldjoukide-. Si nous devons lui rendre réellement hommage, nous devons rappeler qu’il était un vrai intellectuel. Il avait un caractère de combattant et d’idéaliste", a-t-il déclaré. 

Selon lui, Osman Turan n’a pas connu la valeur qu’il méritait lorsqu’il était vivant. 

« Malgré qu’il ait été victime des idéologies et des désirs de certains tout au long de sa vie, son caractère unique, ses connaissances et ses pensés ont réussi à prendre leur place dans le coeur du peuple turc. Cette conférence organisée 40 ans après sa mort en est une preuve », a-t-il indiqué. 

Kucur est ensuite revenu sur les oeuvres d’Osman Turan. 

« Osman Turan ne peut pas être comparé aux autres historiens spécialistes de l’époque seldjoukide. Aujourd’hui encore, lorsque nous faisons des recherches sur cette période de l’histoire, nous avons recours à ses oeuvres […]. Dans sa manière de traiter la période Seldjoukide, il a utilisé le relation de cause à effet dans la transcription de remarques concernant l’avant et l’après [des évènements] », a-t-il indiqué. 

Pour sa part, le neveu d’Osman Turan a affirmé que son oncle ne prêtait attention à rien d’autres que ses idéaux. 

« Mon oncle avait une gigantesque bibliothèque. Il se levait, prenait un livre de l’étagère et commençait déjà à le feuilleter jusqu’à ce qu’il se soit assis afin de ne pas perdre du temps. Une fois, au lieu de s’asseoir sur sa chaise, il s’était assis par terre », a-t-il dit, souriant. 
 

« Je peux dire que mon oncle était un homme qui lisait continuellement, il était amoureux des livres et c’était un intellectuel et un scientifique », a-t-il conclu. 

Enter.News