success closed Loading...

Erdogan: ''Dans nos racines culturelles, il n'y a pas de discrimination sexuelle''

Le Président de la République de Turquie, Recep Tayyip Erdogan, a dénoncé l’instrumentalisation de la femme dans le monde d’aujourd’hui, affirmant que la femme est toujours perçue comme "une marchandise mais proposée avec l’emballage de l’égalité".

Le Chef de l’Etat turc s’est exprimé, vendredi, lors de la cérémonie d’ouverture du 3ème Sommet International "Femme et Justice" à Istanbul.

Erdogan a d’abord voulu revenir sur la place de la femme dans la société turque.

"La femme est un élément indissociable et la locomotive de la famille. Dans notre croyance et notre culture, la famille, sous la responsabilité partagée de l’homme et de la femme, est une composante essentielle de la vie", a-t-il rappelé.

Contrairement à ce qui peut être dit ou affirmé, dans la société islamique, la femme n’est pas discriminée, a poursuivi le président turc.

"Pour nous, tout individu, au-delà de sa couleur et de son sexe, est perçu comme un être vivant créé par Dieu, il n’est donc pas imaginable que nous fassions preuve de discrimination aux femmes. Dans nos racines culturelles, il n'y a pas de discrimination sexuelle", a-t-il souligné.

Le Président turc a par ailleurs affirmé que ce phénomène a surtout été le fait, dans le passé, des populations non-musulmanes occidentales.

"Ceux qui, dans le passé, faisaient usage des femmes comme des marchandises, la considèrent toujours comme une marchandise, mais cette fois présenté dans l'emballage de l'égalité", a-t-il dénoncé.

Et d’ajouter : "Les codes d'un monde où pendant des siècles les personnes étaient vendues comme des marchandises, le cou, les pieds et les mains enchainés, femmes et enfants inclus, ne nous appartiennent pas".

Le Président turc s’est ensuite exprimé sur la place de la femme dans la vie politique turque de nos jours.

"Personnellement, quelle que soit la responsabilité politique que j'ai porté, j'ai toujours ressenti une grande fierté et un honneur d'ouvrir le chemin aux femmes et de prendre ce chemin avec elles", a-t-il expliqué.

Erdogan a également rappelé que le parlement turc compte aujourd’hui 104 femmes, sur 600 députés, dont 53 ont été élues dans les rangs de sa formation politique, le Parti de la Justice et du Développement (AK Parti).

"Même si cela reste insuffisant, ce chiffre représente un record pour notre pays", a-t-il dit.

"44% des enseignants dans nos universités sont des femmes, le même pourcentage est enregistré parmi les architectes et les avocats. Parmi les juges et procureurs, 31% sont des femmes et plus de 20% de nos diplomates sont des femmes", a-t-il ajouté.

Le Chef de l’Etat a cependant regretté que pendant de longues années, les femmes ont été la cible d’idéologies politiques pour la simple raison qu’elles portaient le voile.

Pour conclure, le Président turc est revenu sur les aides au développement que la Turquie apporte aux pays les moins riches.

"En fonction de son PIB national, la Turquie est le pays du monde qui soutient le plus les pays les moins développés", a-t-il terminé.

Enter.News